Cette page présente l’organisation prévisionnelle des deux journées, qui pourra être sujette à modifications :

 Vendredi 11 mai 2012 (MDR, Université Toulouse 2, s. D31)

 

8.30 – 9.00 Accueil des participants
9.00 – 9.15 Ouverture du colloque
 

 

« L’éphémère à l’aune de la modernité » – Modération : Philippe Birgy (CAS, UTM)

9.15 – 9.45 Claire Téchené (Université Lumière Lyon 2). La musique,  » lieu » de l’éphémère : un paradoxe romantique
9.45 – 10.15 Sebastian Hüsch (Université de Bâle, Suisse / Université de Pau et des Pays de l’Adour). Le présent, l’éphémère et l’ennui : de
l’(im-)possibilité de la construction d’une signification immanente
 10.15 – 10.30  Pause
 

 

Conférence

10.30 – 11.15 Anne-Marie Smith-Di Biasio (Institut Catholique de Paris) & Ariel Liberman (Association Psychanalytique de Madrid, Espagne),  Freud, Mahler, Visconti ; paraboles et points fixes de l’éphémère au tournant du siècle
 11.15 – 11.30  Pause
 

 

« La langue : un matériau éphémère ? » – Modération : Benoît Monginot (ELH, UTM)

11.30 – 12.00 Valentina Karampagia (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle). Poésie contemporaine et performativité: aspects gestuels de l’œuvre de Gherasim Luca et de Dimitris Dimitriadis
12.00 – 12.30 Loredana Trovato (Université d’Enna « Kore », Italie). Langue(s) éphémère(s) : parler jeunes, SMS et verlan, ou bien un tourbillon linguistique réinventant la norme ?
 12.30 – 14.00  Déjeuner (buffet), s. C26
 

 

« Esthétique du moment éphémère »- Modération : Adèle Cassigneul (CAS, UTM)

14.00 – 14.30 André Laidli (Université Lyon 3 Jean Moulin). L’infime perturbation du quotidien. Kawakami Hiromi et la tradition japonaise du roman des choses ténues
14.30 – 15.00 Marie Bouchet (Université Toulouse 2 Le Mirail). « Beauty must die » : les paradoxes de l’éphémère beauté, ou la promesse d’extinction comme signe de distinction esthétique
  15.00 – 15.30  Pause
 

 

« Performances » – Modération : Emeline Jouve (CAS, UTM)

15.30 – 16.00 Aude Astier (Université Paris Ouest Nanterre La Défense). L’éphémère comme aiguillon tragique du théâtre d’art : exemple de Giorgio Strehler
16.00 – 16.30 Emilie Charlet (ENS Lyon). D’un paradoxe à l’autre : représentation de la vanité et vanité de la représentation dans Le Dragon d’or de Roland Schimmelpfennig
   
Soirée :  
19.00 – 20.30 Repas au Restaurant Saveurs Bio
21.00 – 22.30 Spectacle Géométrie de caoutchouc, Aurélien Bory, Compagnie 111, sur le site de l’Université Paul Sabatier
   
 

Samedi 12 mai 2012 (Théâtre Garonne, Atelier 1)

8.45 – 9.15 Accueil des participants
 

 

« Emergences et disparitions »- Modération : Nathalie Cochoy (CAS, UTM)

9.15 – 9.45 Sébastian Galland (Université Montpellier 3 Paul Valéry). Monument momentané et permanence de l’impermanent. Tinguely et Gonzalez-Foerster face aux paradoxes de l’éphémère
9.45 – 10.15 Lydie Parisse (Université Toulouse 2 Le Mirail). La notion d’éphémère dans le spectacle vivant. Laboratoires et traces
 10.15 – 10.30  Pause
 

 

« Poésies éphémères »- Modération : Jean-Yves Laurichesse (ELH, UTM)

10.30 – 11.00 Arnaud Despax (Université Toulouse 2 Le Mirail). Entre éphémère et Evhémère : fulgurance et durée de Frénaud
11.00 – 11.30 Nicholas-Henri Zmelty (Université François Rabelais de Tours / Université de Picardie Jules Verne). L’affiche illustrée comme avatar de « l’éternel du transitoire »
 11.30 – 11.45  Pause
 

 

Conférence

11.45 – 12.30 Tom & Ciaran Wood, « Temps long, temps court : les paradoxes de l’instantané »  (« Long time, short time: the snapshot and its paradoxes« )
 12.30 – 14.00  Déjeuner (buffet) au Café Garonne
 

 

Table ronde

14.00 – 16.30 Intervenants : Alain Fleischer, Jacky Ohayon, Aurélien Bory

Modérateur : Christian Thorel

16.30 – 16.45 Clôture du colloque
16.45 – 18.30 Cocktail de clôture

 

 

Publicités